fbpx

Ségolène Alex / Directrice de Jazzèbre

Quelles relations Jazzèbre - festival, saison, itinérance - entretient-il avec ses publics ?

Jazzèbre est un projet itinérant à Perpignan et dans tout le département des Pyrénées- Orientales. En 2023, nos concerts, résidences et actions culturelles se sont déroulés sur plus de 20 communes et 30 lieux. Nos concerts étant hors période estivale, avec en plus un festival très étalé, nous travaillons vraiment en direction du public local.

Quelles ont été les problématiques rencontrées par Jazzèbre ?

La voiture individuelle est une habitude très ancrée
dans notre département. Même à Perpignan et dans sa métropole, où le réseau de bus n’est pas très développé – encore moins en soirée. Quant au vélo, des infrastructures sont à développer.

Quels récents changements avez-vous engagés autour de ce thème ?

Comme nombre de nos collègues, nous avons mis en place un partenariat avec une plateforme de covoiturage sur chacun de nos événements. Cette année, nous avons proposé des horaires avancés de concerts (18h30-19h), ce qui permet d’engager une vraie réflexion sur la mobilité de nos publics. Notamment pour pallier les difficultés de transports en commun (train et bus) qui ne circulent que peu ou pas du tout en soirée.

Jazzèbre 2023

Qu’aimeriez-vous mettre en place à moyen/long terme ?

On a pu voir sur cette 35e édition du festival que le changement d’horaire n’était pas un frein pour les publics. À nous maintenant de mettre en œuvre la communication nécessaire et des collaborations avec les communes partenaires et nos réseaux de transports en commun, tout en renforçant le travail avec les associations autour des mobilités douces. Nous réfléchissons également à des mesures incitatives financières pour les publics utilisant les mobilités douces afin d’enrayer ce phénomène de la voiture individuelle. Si cela est déjà mis en place chez certains collègues, ce sera à priori le cas chez nous en 2024/2025.

Jazzèbre 2023