fbpx
NoTongues, Jazzdor. Photo : Patrick Lambin

Facile à défendre, en festival, l’émergence ? Valorisante à promouvoir ? Si l’étiquette peut être attractive du côté institutionnel, créant du challenge de promo et des possibilités de programmation nouvelles, en est-il de même côté public ? Sachant qu’ici, on cause jazz et improvisation, soit une niche musicale dans l’enclave des musiques actuelles. Cette popularité discrète impose une humilité certaine.

La plupart des propositions artistiques valorisées par les festivals qui programment du jazz sont vite complexes à défendre, l’émergence n’ajoute que peu, sans doute, dans cette difficulté. Dès lors, comment travailler cette spécificité ? Voici quelques pistes de réponses avec deux structures dont le compagnonnage avec AJC n’est plus à démontrer. On en démonte un peu les mécanismes, cependant, avec Frédéric Ménard, directeur du Tribu Festival porté à Dijon par Zutique Productions, et Renaud Baillet, forcené programmateur tourangeau au Petit Faucheux et par rebond du festival Émergences, le bien nommé, donc, ici dans les pages de ce magazine. Comme le précise le premier : « Nous ne sommes pas dans une approche mainstream de la musique, mais plutôt très ouverte aux courants et artistes émergent.e.s ». Complété illico par le second : « C’est notre boulot. En tant que diffuseurs, notre job, c’est de leur donner de la visibilité. Rien de plus simple que de programmer des têtes d’affiche et de remplir la billetterie… Tout l’enjeu de notre travail, c’est de faire découvrir, promouvoir, favoriser la rencontre entre des artistes qui ont quelque chose à dire selon nous, et avoir un public qui peut être touché. On doit donner la parole à ces jeunes formations, sans quoi elles ne seront peut-être jamais identifiées. Au Petit Faucheux, on n’a pas le couteau sous la gorge et on peut se permettre d’avoir des dates où on prend des risques pendant la saison. »

Jeune et notoire

La prise de risque, on en parlait page 16. Mais avant les grands sauts à la Steve Austin, reprenons les fondements. C’est quoi l’émergence vue du regard d’un.e programmateur.trice ? Comment jauger de l’émergence d’un groupe ou d’un.e musicien.ne ? Émergent n’est pas synonyme de jeune artiste, on peut toujours tenter d’émerger la quarantaine passée. Émergent renvoie à l’image de l’iceberg, avec sa face cachée sous l’eau prête à découper du Titanic. La face visible, elle, reste assez jolie, souvent fascinante. Suffisamment attractive ? Pour Renaud Baillet, le jazz « a un rapport compliqué avec l’émergence. Ça repose sur des groupes dont la notoriété n’est pas forcément installée » des groupes qui « ne bénéficient pas encore de relais pour leur projet. C’est l’un des critères de Jazz Mig pour candidater : avoir moins de 35 ans, mais être jeune ne veut pas forcément dire que l’on n’a aucune notoriété ». Allez, on décentre et on cite Tadej Pogačar pour l’exemple, 22 ans, vainqueur du Tour. À Tours, on poursuit : « Le terme convient pour parler de projets portés par des musicien.ne.s assez peu identifié.e.s en début de carrière. Le rôle de la diffusion et des festivals, c’est de mettre un coup de projecteur, de créer un contexte pour les faire jouer devant du monde ». Frédéric Ménard pousse le concept un peu plus dans les cordes : « C’est un concept assez désuet. Selon moi, un groupe, un.e artiste émergent.e est un.e artiste dont la présence dans le domaine artistique se concrétise et prend de l’ampleur. C’est un artiste qui précise sa démarche artistique. Et à côté de dispositifs comme Jazz Migration, véritable soutien à l’émergence justement, on voit aussi depuis une ou deux décennies la création de collectifs d’artistes émergents qui au fil des ans deviennent de véritables outils structurants (Coax, Capsul, Grollectif….) ».

Equilibre juste

Une fois le flou plus ou moins levé sur l’idée d’émergence, comment la travaille-t-on ? Prolonge-t- on la vieille idée de la « vedette américaine » qui fit les riches heures d’une salle comme l’Olympia ? Comment un lieu comme le Petit Faucheux intègre-t-il des groupes émergents dans sa programmation ? « Cela a toujours fait partie du projet. Nous avons un vivier local de musiciens très dynamique, couplé à de très bonnes écoles. La plupart des concerts ayant lieu en deux parties, la manière classique d’intégrer ces groupes émergents consiste à les programmer dans une première partie. C’est la place que l’on réserve traditionnellement aux artistes lauréats de Jazz Migration, par exemple. Cependant, quand je construis ma prog, je ne pense pas ‘Jazz Mig’ ou ‘groupes émergents’, mais je cherche plutôt le meilleur créneau pour ces groupes, celui qui leur donnera la meilleure visibilité selon leur projet artistique et l’esthétique qu’ils défendent. »

À Dijon, le Tribu Festival mériterait d’affubler son patronyme d’une marque plurielle. Pas nécessairement jazz, strictement très ouvert sur les sons du monde. Ce qui amènent des « connexions improbables et surprenantes », très réussies en confrontant formations émergentes et musicien.nes aguerri.e.s. Citons la rencontre du jeune beatmaker bisontain Sorg avec le rappeur américain Napoleon Maddox. Rappeur croisé par ailleurs en compagnie des trublions de Papanosh, lauréat 2013 de Jazz Migration. Tribu a beaucoup d’entrées qui pourraient se rapporter au jazz. Comment cela peut-il impacter le choix des formations aidées ? Un festival doit-il composer avec la difficulté de faire passer ces choix au public ou alors ne doit-il ne pas s’en soucier ? Frédéric Ménard : « Nous avons fait le choix de ne pas nous enfermer dans des styles et des esthétiques. La ligne artistique est très ouverte et nous tentons de présenter au public comment les artistes brouillent la partition des cultures, comment ils transgressent les styles et les genres. C’est la spécificité de notre festival et ce pourquoi le public du festival est au rendez-vous chaque année. Depuis la création de Zutique et plus spécifiquement de Tribu Festival, nous essayons de trouver un équilibre juste entre formations ‘reconnues’, et artistes émergent.e.s. Dans les différentes esthétiques présentées, nous consacrons une place à la nouvelle création en les programmant, en les accompagnant en résidences ou en tournées (Box Office, Electric Vocuhila, Sorg, Estère, etc.). » 

Place à la nouveauté. Jolie évidence pour les deux interlocuteurs de papier, mais ce qui l’est moins, évident, c’est la plage horaire et l’espace lié à cette nouveauté. Créno-ghetto, Apéro-nouvo ? La question se pose-t-elle d’ailleurs ? À Dijon, oui : « Nous privilégions des espaces de représentation pour ces artistes, comme des concerts à entrée gratuite pour permettre au plus grand nombre de les découvrir, ou en première partie d’artistes plus identifié.e.s par le public, bien que nous n’ayons pas vraiment de ‘têtes d’affiche’ dans nos événements ! » À Tours, ça « dépend des formations. La première variable, c’est l’esthétique, le projet artistique. Au Petit Faucheux, notre programmation se fait de manière assez classique : le soir, à 20h. Mais on ne s’enferme pas que dans la programmation en première partie, qui peut aussi nous déconnecter d’une certaine manière. On organise aussi quatre festivals dans l’année dans des lieux atypiques, qui nous permettent de sortir du club. Ça fonctionne bien pour certaines formations, comme avec NoSax NoClar que l’on avait joué une après-midi dans un espace de coworking à Tours dans le cadre d’un festival, seuls, et on a réussi à toucher un large public. Sans ce contexte de festival, on n’aurait peut-être pas eu autant de monde ».

En parlant de coworking, parlons de mise en réseau. D’échange, un peu aussi. Quitte à vivre dans une niche, autant japper ensemble. Qu’en est-il des dispositifs qui coordonnent les actions, établissent une sorte de géographie d’entraide possible ? Un dispositif comme Jazz Migration, au cœur de l’idée d’émergence est de ceux dont les tracés peuvent guider, infléchir des programmations. Renaud Baillet détaille : « Ce que je trouve super, c’est le côté prescripteur de Jazz Mig. J’aime le processus où chaque lieu ou festival apporte une proposition. On fait des découvertes très intéressantes. Ça permet d’apercevoir des jeunes musicien.ne.s qui passent sous nos radars. Même les groupes qui ne vont pas jusqu’au bout de cette sélection bénéficient d’une écoute et d’une visibilité. » Sons de cloche parfaitement complémentaire en Bourgogne : « Jazz Migration est le reflet de la grande diversité des festivals qui forment l’Association Jazzé Croisé, toujours en veille sur la nouvelle création artistique française. C’est un vrai incubateur pour de jeunes musicien.ne.s et de nouvelles formations. Nous essayons de présenter régulièrement des artistes retenus dans le cadre de la sélection Jazz Migration, mais nous orientons aussi nos choix vers des artistes émergent.e.s qui œuvrent dans d’autres esthétiques musicales que le jazz ». Emerge alors l’idée parfaite de la porosité du jazz. Se dissoudre pour mieux apparaître, classe paradoxe.

Pierre-Olivier Bobo & Guillaume Malvoisin

Plus d'articles de Jazz Mig Mag :

Le club des cinq

Nous avons confronté cette idée d’émergence à cinq regards. Cinq regards issus de trois générations de musicien.ne.s passé.e.s par Jazz Migration au fil de leur parcours. On croise les points de vue en cinq chapitres.

Lire la suite »

Joue-la collectif

Comment débuter ensemble, quelle gouvernance peut-on créer quand il s’agit de faire face au désir d’ailleurs ? Désir qu’il convient de confronter au reste du métier, à la joie des réseaux. Jazz Migration a pu accompagner quelques-unes de ces petites nations qu’on appelle collectifs. Revue de détail avec Raphaël Quenehen pour Les Vibrants Défricheurs et Maxime Bobo pour le Capsul Collectif.

Lire la suite »

Connecting people

Ce qui a pas mal motivé ce besoin de se faire des corres’, c’est la volonté de créer une scène commune, un répertoire distinct du jazz américain. Répertoire centralisé, depuis, sous l’appellation, forcément incomplète de ‘musiques improvisées’. Aujourd’hui, les jazz.wo.men européen.ne.s perpétuent ces rencontres et trouvent de plus en plus d’espaces qui les favorisent.

Lire la suite »