fbpx
Ann O'aro © Béaxgraphie

Comment se faire un nom et une trajectoire
quand on vit sur une île à 9.000 kilomètres de Paris ?
Éléments de réponse avec une musicienne, chanteuse
et écrivaine originaire de La Réunion.

Comment as-tu débuté ton parcours ?

J’ai commencé à construire un répertoire à La Réunion, mais j’en suis sortie rapidement. Avec Philippe Conrath, nous avons eu des connexions qui nous ont amenés à faire une résidence au Comptoir, à Fontenay-sous-Bois, avec des musiciens parisiens. Le premier album est sorti. Très vite, je me suis posé la question de savoir comment le défendre en retournant vivre à la Réunion… C’est de là qu’est venue l’idée de faire un trio, ce qui me permettait de continuer à travailler sur l’île.

De quelles aides institutionnelles as-tu pu disposer ?

Le PRMA (Pôle Régionale des Musiques Actuelles de La Réunion) propose aux artistes qui ont une tournée hors de la Réunion de trois dates ou plus le dispositif FRAM (Fonds Régional d’Aide à la Mobilité, NDLR) qui prend en charge les billets d’avion aller-retour. Parfois, les festivals prennent en charge les frais liés au transport. Outre les billets, il y a également des aides de la Dac de la Réunion (ou Dac de l’Océan Indien, dit « O.I. », NDLR). Ça permet de nous salarier.

Arrives-tu à poursuivre ta carrière en restant à La Réunion ?

Ce que tout le monde nous souffle aux oreilles, c’est qu’il faudrait vivre sur le continent pour que ta carrière décolle. Or, dans le trio, nous sommes tous basés à la Réunion. Vivre et travailler ici nous permet de garder contact avec notre base de création et de rester connectés à l’essence de notre musique. Ça nous oblige à bien être organisés quand on monte une tournée à l’étranger. Quelques fois, on peut se permettre des allers-retours ici et là quand il y a des salles ou des festivals intéressants qui nous programment… Mais au moins, en restant, ici, nous sommes reliés à notre style de vie. Je ne crois pas à cette sorte de vérité universelle qui dit que c’est en partant que l’on va réussir.

Pierre-Olivier Bobo
Arthur Guillaumot
Guillaume Malvoisin

Plus d'articles de Jazz Mig Mag :

Au-delà des mers : le point de vue de Yann Cléry

Voici un musicien né en Guyane et vivant désormais à Paris, qui, entre temps, va étudier en Guadeloupe puis faire sonner en métropole sa musique qui mixe ses origines brésiliennes, amérindiennes, créoles et sa passion pour la musique anglaise. Voici donc une discussion à 360°.

Lire la suite »

Ici c’est Paris.

Questionner le rôle de Paris dans la constitution de la scène française serait l’œuvre d’une vie. S’interroger sur le passage obligé qu’est Paris dans une vie de musicien.ne de jazz ou sur les spécificités de la Ville Lumière en regard des précédents exemples nantais et toulousains, une mission qui semblait plus dans nos cordes.

Lire la suite »